Jeudi 23 septembre 2021, cour intérieure de la librairie, 18H : éclairer le faire politique (2) avec Julien Allavena

Nous recevons Julien Allavena, doctorant en sciences politiques au Cresppa-Labtop, pour discuter et échanger autour de son livre "L'hypothèse autonome" (éditions Amsterdam, septembre 2020).

"Des émeutes aux ZAD, le siècle qui s'ouvre est marqué par la percée d'une sensibilité politique où se mêlent organisation horizontale, méfiance vis-à-vis des mécanismes de domination internes aux mouvements sociaux, occupation et mise en réseau d'espaces alternatifs, recherche d'une certaine clandestinité ou encore approche amorale et pragmatique de la violence déprédative. Pour comprendre ces pratiques, il faut sortir à la fois des discours policiers sur la radicalité d'une "ultra-gauche" fantasmée et de ceux que tiennent par les dits radicaux sur eux-mêmes (les autonomes). Alors on peut envisager l'autonomie non pas comme un mouvement ou une idéologie, mais comme une hypothèse stratégique. Celle-ci peut se formuler ainsi : dès lors que le système productif et sa discipline se sont disséminés dans toutes les facettes de la vie, il ne s'agit plus de se réapproprier la production, mais de s'en libérer, ce qui implique de rechercher une transformation immédiate de la vie quotidienne. Cet ouvrage retrace le cheminement de l'hypothèse autonome au gré des expériences historiques où elle fut formulée et actualisée, de l'Italie des années 1970 à la France des années 2010. Il montre comment la modernisation de la gouvernance à l'oeuvre depuis le dernier quart du xxe siècle a plusieurs fois conduit à sa mise en échec. Et en tire cette conclusion : dès lors que les capacités matérielles de détruire comme de s'approprier semblent faire défaut, l'autonomie constitue peut-être une hypothèse à dépasser."
 
> Lire l'entretien de Julien Allavena accordé à Acta.
> Lire un extrait sur le site d'Amsterdam.

*Nous organisons depuis notre 1ère rencontre avec Natacha Michel, Vincent Dain et Hugo Melchior des rencontres en forme de groupe de "réflexion critique" ouvert à touTEs sur le Faire politique aujourd'hui au regard d'expériences de luttes politiques anciennes (et vivaces;).
> Voir event FB.
 

Samedi 18 septembre 2021, cour intérieure du Jeu de Paume, 16h : lecture de textes, sabre et percussions

Associer l'art du sabre, la poésie et la musique, voilà le nouveau projet du slameur Kev La Raj ! 

Ce dernier revisite et déclame des extraits de "Kokoro no Kamae, un état d'esprit" (2019), le livre du maître d'arts martiaux Jaff Raji, qu'il mêle à ses propres textes issus de son recueil "Slam-Junk-Contestaction" (2020).

Il sera accompagné de Jaff Raji et son sabre (le katana) et de Roger Gossan et ses percussions.
Au travers de techniques martiales, de récits de vie et de textes intemporels, c'est bien un voyage entre le temps révolu des samouraïs et le nôtre que Kev La Raj nous propose.

la minuscule galerie a le plaisir de vous présenter :


Chuchotements

une exposition des artistes du Marché Noir


du 15 septembre au 28 octobre 2021
Vernissage le mercredi 15 septembre à 18h30

En parallèle de cette exposition, retrouvez "Hurlements" aux Ateliers du Vent jusqu'au 19 septembre

Le Marché Noir est né en 2012 à Rennes de l’initiative de 4 collectifs d’artistes passionnés par les formes actuelles d’expérimentation autour des arts graphiques, de la micro-édition et des techniques d’impression artisanale. Il réunit aujourd’hui Anna Boulanger, Maud Chatelier, Julien Duporté, Anthony Folliard, Sixtine Gervais, Julie Giraud, Émeric Guémas, Agathe Halais, Audrey Jamme, Perrine Labat, Julien Lemière, Éric Mahé, Macula Nigra, Yann Peucat, Charlotte Piednoir et Antoine Ronco.



la minuscule galerie chez Planète Io
7, rue Saint Louis à Rennes
06.11.16.75.25
 
 
 


Samedi 11 septembre 2021, devant la librairie, trottoir, 15h : charivari de septembre de Kev La Raj et ses amiEs

Le charivari de Kev La Raj et ses amiEs, démocratique, dissensuel, incisif, slamique, musical, devant la librairie, sur le trottoir est...incontournable !
Guests : le comédien Raphaël Reuch, le poète conteur Daniel Siloret et vous.
Le Charivari est aussi une scène ouverte dans la rue, inscription sur place.
 
*Charivari, subs. masc :
- “ Grand bruit, tumulte réprobateur. ”
- “ Réprobation marquée par le public devant une pièce de théâtre, un concert, considérés comme mauvais. " (Cntrl, 2021)

 

 

 

 

Samedi 04 septembre 2021, satnd au "Village des possibles, 16h : avec la sociologue Yaëlle Amsellem-Mainguy

Nous serons présent au "Village des possibles" avec une tablée de livres et notre invitée la sociologue Yaëlle Amsellem-Mainguy accompagnée de son livre :
"Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural", Presses de SciencesPo, 2021.


Vendredi 03 septembre 2021, librairie, 18h : avec la sociologue Yaëlle Amsellem-Mainguy

Suite à la venue de Benoît Coquard et son enquête "Ceux qui restent : faire sa vie dans les campagnes en déclin" (La Découverte, 2020), nous poursuivons nos interrogations sur "le monde rural" et ses habitantEs en invitant la sociologue Yaëlle Amsellem-Mainguy dont les travaux sont principalement axés sur la santé et la sexualité des jeunes (Injep).
Sur quatre territoires contrastés, Yaëlle Amsellem-Mainguy est allée à la rencontre de femmes jeunes principalement issues des classes populaires, qui ont grandi et vivent à la campagne.
Tout au long de cette passionnante étude immersive, on voit bien que les questions de mobilités spatiales, sentimentales, sexuelles ou symboliques sont au coeur des préoccupations de ces femmes jeunes qui s'interrogent constamment sur le comment s’approprier et participer à la vie d'un "territoire"...

> "Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural", Presses de SciencesPo, 2021.

 

Jeudi 22 juillet 2021, cour intérieure de la librairie, 19h : à propos des migrations actuelles avec Nadia Alcaraz et Jean-Louis Edogué

Nous recevons Nadia Alcaraz, auteurE de "Les Pattes du Diable" (Hedna, 2020), et Jean-Louis Edogué Ntang qui avec son récit d'une expérience migratoire, "Vie des migrants dans la forêt de Belyounech - l'hospitalité des sanglier" (L'Harmattan, février 2021), relate la vie de migrantEs enferméEs dans une zone grise, un lieu de relégation et de confinement, à la limite de l'Afrique du Nord et de l'Europe.

Nadia Alcaraz, quant à elle, raconte au travers la vie et les combats de Juliette, jeune enseignante, veuve de guerre et militante pacifiste, qui en trouvant refuge en Algérie (capitale de la France libre en 1941) auprès de sa belle-famille découvre avec dégoût une société coloniale dont elle soupçonnait à peine, jusque là, les agissements et la mentalité raciste, voire esclavagiste..


Samedi 03 juillet 2021, cour intérieure de la librairie, 17h : Shelly Allone 

Shelly Allone est une artiste multi-instrumentiste qui pratique la poésie « Afro Trans ».

Rythmée par sa pédale d’effet qui met en boucle les congas, bongo, ngoni, guitare et sanza, elle nous offrira un spectacle musical, solo et intimiste avec ses textes écrit au gré de ses pensées.

Jeudi 01 juillet 2021, cour intérieure de la librairie, 18h30 : "Yvonne en public", un spectacle écrit, joué et mis en scène par Veronique Guerch

Le spectacle dure environ 30mn, concerne tous les publics et sa jauge est de 30 personnes maximum.
Yvonne débarque de son Finistère, de la région des monts d’Arrée précisément, et nous raconte sa vie, son mari "Job", ses enfants et sa copine "Simone"...
Elle s'exprime avec sincérité, pudeur et une certaine naïveté. 


Samedi 26 juin 2021, cour intérieure de la librairie, 15h00 : Laurent Huron et Philippe Collin discutent du livre de leur exposition « La Présence de l’absence »

« La Présence de l’absence » est le titre d’une exposition, qui s’est déroulée du 23 Juin au 1er septembre 2019, au Village – site d’expérimentation artistique, situé en milieu rural, à Bazouges-la-Pérouse.
L’exposition construite autour de la spécificité géographique du centre d’art et de son supposé isolement amène un questionnement sur le trajet, le déplacement et leur nécessité : y aller certes mais pourquoi et pour quoi faire ? Déplacement, temporalité, archivage, dans le cadre d’un projet artistique en milieu rural, évoquent non pas la figure du plasticien mais plutôt celle de l’écrivain, du flâneur baudelairien. L’exposition associait ainsi un poète, Laurent Huron, intervenant aux marges de la littérature, du social et de l’art contemporain et deux artistes plasticiens, Jean-Marc Nicolas et Julien Laforge.
Le travail des artistes et celui du poète se sont rejoints dans la prise en considération du contexte géographique, historique et social qui a accueilli leurs productions. Pendant plusieurs mois, ils ont parcouru, observé le territoire avant de proposer des œuvres créées spécifiquement.
L’édition du livre est pareillement le résultat d’une oeuvre commune tant au niveau des créateurs, associant Philippe Collin (commissaire d’exposition et auteur), Laurent Huron (poète et éditeur) et Richard Louvet (designer graphique), qu’à celui des « commanditaires et diffuseurs », le Village, les éditions Bardane et la Drac Bretagne.
Objet éditorial hybride, entre catalogue d’exposition et dossier d’archive, l’ouvrage articule textes, cahiers d’images et documentations, il joue également sur différentes textures de papier, de couleurs variées et du noir et blanc.
Le livre décrit le travail à l’œuvre, depuis les premiers repérages jusqu’aux créations finales, y compris les projets d’éducation artistique et culturelle. Il ouvre à la découverte ou redécouverte de cette exposition collective.

Vendredi 24 juin 2021, cour intérieure de la librairie, 12h30-13h30 : La Compagnie Érébé Kouliballets présente son festival « Tout à coup, l’Afrique à votre porte »
Nous recevons avec plaisir la compagnie rennaise Erébé Kouliballets et deux des ses membres, Morgane Rey, l’illustre fondatrice, et Céline Le Tixeran dont on découvrira des textes comme celui-ci :
« Vague à l’âme
Plongeon au cœur de la tâche,
Traversées de sueur marine.
Chao de courage incertain
Les cheveux gris déjà
Mes lèvres tremblent d’embrasser la baleine. »

Samedi 19 juin 2021, cour du jeu de paume, 17h : le théâtre du tiroir fête les 150 ans de la Commune

Le théâtre du Tiroir présente « Rimbaud au piano », un spectacle pandémique qui répand le virus de la poésie et fait tomber la fièvre consumériste ! On y écoutera du Debussy, du Schumann, du Ravel, du Scriabine, du Chopin, du Brahms et les mots de Rimbaud, extraits de « L’Orgie parisienne ou Paris se repeuple ».
Écrit au terme de la semaine sanglante pendant laquelle les versaillais exécutèrent en masse les insurgéEs (près de 20000 morts !), Rimbaud dresse un tableau satirique de la restauration de l’ordre bourgeois dans la capitale : « Les vainqueurs se vautrent dans le sang des communards, violant la ville de leur débauche. « Paris la putain » se vengera tôt ou tard des bourreaux qui l’ont tyrannisé ».
« Tous ces braves au cœur tendre que Versailles appelait des bandits, leur cendre est à tous vents, les os furent rongés par la chaux vive ; ils sont la Commune, ils sont le spectre de mai ! », écrivait Louise Michel.

Samedi 19 juin 2021, devant la librairie, trottoir, 15h : charivari de juin avec Kev La Raj et ses amiEs

Du slam, du texte, de la musique, c'est le charivari mensuel de Kev La Raj devant la librairie qui continue depuis le 1er confinement de mars 2020 ! 

Essaimez, essayez, risquez le charivari, celui du « tumulte réprobateur » dans la rue.

Original comme son meneur de troupe kev la raj qui invite des amiEs "nouvel" à chaque fois ou...vous !

Yallah !!!


*Charivari, subs. masc :

- «  Grand bruit, tumulte réprobateur. »

- «  Réprobation marquée par le public devant une pièce de théâtre, un concert, considérés comme mauvais. » (Cntrl, 2021) 

Vendredi 18 juin 2021, cour intérieure de la librairie, 15h : Ludivine Bantigny discute de son livre « La Commune au présent. Une correspondance par-delà le temps » (La Découverte, mars 2021)

« On voulait tout à la fois arts, sciences, littérature, découvertes, la vie flamboyait. On avait hâte de s’échapper du vieux monde » écrivait Louise Michel il y a presque 150 ans, « et même si ce monde-là n’a pas été mis à bas, un autre s’est ouvert grâce à chacun de ces soulèvements, qui ont dialogué par-delà le temps » ajoute l’historienne des mouvements sociaux Ludivine Bantigny.

Et c’est bien ce qu’elle nous montre avec ce livre, agencé autour des lettres aux insurgéEs, connus ou pas, que la Commune est vivante, que les pratiques des communardEs, que leurs désirs d’égalité, d’autogestion d’un monde commun sont les ferments de notre monde d’aujourd’hui.

La Commune vivace !


Jean-Luc Bansard, fondateur et acteur du théâtre du Tiroir lira quelques textes d’Arthur Rimbaud en ouverture de la rencontre.

Vendredi 11 juin 2021, cour intérieure de la librairie, 17H : éclairer le faire politique avec Natacha Michel, Vincent Dain et Hugo Melchior 

Figure du paysage militant de la gauche française, et des « Maos » en particulier, Natacha Michel, non sans être également écrivaine, nous parlera du politique, de sa vie avec la politique justement qu'elle retrace dans son livre « Le roman de la politique » (La Fabrique, octobre 2020). 

Il s'agira d'en discuter bien entendu...

« Comment pendant quarante années, au travers de deux organisations, Sylvain Lazarus, Alain Badiou et moi-même, avec nos camarades, nous avons voulu rendre justice à notre temps. Notre temps fut celui de ceux que l’on nomma les Maos. À savoir ceux qui, devant la catastrophe que fut l’URSS, cherchèrent une autre voie pour la justice et l’égalité. Avec les ouvriers d’usine, les gens des quartiers et l’épopée des sans-papiers. Alors la nuit s’abrégeait. »


Hugo Melchior « Blouses blanches et Gwenn ha Du. La grève oubliée des étudiants en médecine de Rennes » (éditions Séditions, nov. 2020) :

« Du 26 janvier au 3 mai 1973, les étudiants en médecine de Rennes ont mené une grève des cours accompagnée d’une occupation des locaux de la faculté, de nombreuses manifestations dans la ville et dans d’autres agglomérations de Bretagne, et même d’une montée à Paris. Ils protestaient contre l’instauration d’un numerus clausus en fin de première année et contre le raccourcissement de la durée des stages. La part importante parmi eux d’enfants de paysans et d’ouvriers, bénéficiaires de la relative démocratisation de l’enseignement secondaire survenue au cours de la décennie précédente, explique aussi qu’ils aient revendiqué une formation au plus près de la population, en mettant l’accent sur la médecine préventive et la médecine du travail. » (in la breche.com)


Vincent Dain « Podemos par le bas-Trajectoires et imaginaires de militants andalous » éditions Arbre bleu (sept 2020)

Ce livre est le fruit de plusieurs mois d'enquête auprès des militants et militantes de Podemos en Andalousie. Il retrace les parcours de ces activistes passés par l'altermondialisme au début des années 2000, la contestation anti-austérité, le mouvement des indignés du printemps 2011 et ses ramifications, pour mettre en lumière ce que la création de Podemos doit à ces mobilisations. Il revient également sur la fabrique de Podemos à Séville, le pari du municipalisme et les relations complexes nouées avec les mouvements sociaux. Le livre s'attache enfin à situer Podemos dans l'histoire contemporaine de l'Espagne : effritement du mythe de la transition à la démocratie, mutations des gauches depuis les années 1970 jusqu'à nos jours, tensions territoriales et réappropriation par Podemos du souverainisme andalou. 

Jeudi 10 juin 2021, cour intérieure de la librairie, 18H : lecture de « L’invention du colonialisme vert - Pour en finir avec le mythe de l'Éden africain » 

Une lectrice vient présenter  et lire des extraits du livre dont l’écrivain et journaliste Ali Chibani a fait un excellent résumé dans le Monde Diplomatique de novembre 2020 :

« Précis et exhaustif, Guillaume Blanc, historien de l’environnement, décrit la manière dont, en Afrique, la transformation d’espaces agro-pastoraux en parcs naturels est encouragée par des organisations nées dans le contexte colonial. Investis par d’anciens administrateurs coloniaux, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le Fonds mondial pour la nature (WWF), l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco)… multiplient les actions motivées par le mythe de la « forêt perdue » dans une « Afrique plus naturelle qu’humaine », éden « à protéger contre des Africains destructeurs ». Appauvries et dépendantes du tourisme, les populations autochtones sont aussi expropriées à la demande d’organisations internationales qui exigent l’abolition des « droits humains individuels » dans les parcs naturels. L’exemple du parc national du Simien, en Éthiopie, témoigne du remplacement du « fardeau civilisationnel de l’homme blanc » par le « fardeau écologique de l’expert occidental ». L’auteur n’oublie pas de rappeler la complicité des dirigeants africains, avides « de la reconnaissance des institutions internationales et de leurs aides financières. »


> « L’invention du colonialisme vert - Pour en finir avec le mythe de l'Éden africain », de Guillaume Blanc (Flammarion, sept. 2020).

Jeudi 3, vendredi 4 et samedi 5 juin 2021, jeu de paume et librairie, 15h et 18h : le théâtre io reçoit la compagnie La Poudrière avec Odila  Présulmé

Les spectacles durent 1h, concernent tous les publics, commencent à 18h. La jauge est de 25 personnes maximum dans la cour intérieure de la librairie et de 15 personnes au jeu de paume, inscriptions conseillées.


-Jeudi 03 juin, jeu de paume, 18h : premier volet des « Hommes volants », texte et mise en scène d’Odila  Présulmé avec Baptiste Rivier.

-Vendredi 04 juin, jeu de paume, 18h : deuxième volet des « Hommes volants », texte et mise en scène d’Odila  Présulmé avec Nadège Cautenet.

-Samedi 05 juin, cour intérieure de la librairie, 18h : « Love me or Leave me »,  texte et mise en scène d’Odila  Présulmé d'après la figure de billie Holiday.

Mardi 1er juin 2021, jeu de paume, 18h : Patrick Prunet

La jauge actuelle au jeu de paume est de 15 personnes maximum, inscriptions conseillées.


Au regard de la pandémie actuelle, Patrick Prunet, chercheur en physiologie animale à l’INRAE, s’interroge sur l’existence d’une conscience animale, et de l’interaction des animaux avec les humains.  

Mieux connaitre les animaux, c’est pouvoir réfléchir à une nouvelle manière de cohabiter entre êtres vivants et de questionner les interdépendances entre les mondes humain et animal ( sauvage et/ou sdomestique). 

S’agit-il de décentrer l’humain de sa position dominante (raisonnable) ?

Comment redonner au monde animal sa place dans les mondes vivants ? 

Plus précisement, les animaux sont-ils capables d’éprouver des émotions, d’évaluer l’environnement dans lequel ils vivent voire de mémoriser une situation ? Peuvent-ils planifier des actions dans le futur ? 

Nous appuierons nos discussions sur les travaux de deux anthropologues,  Frédérik Keck avec son passionnant « Les Sentinelles des pandémies. Chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux aux frontières de la Chine » (Zones sensibles, juin 2020), et Baptiste Morizot également captivant avec son plaidoyer sur la cohabitation des altérités : « Manières d’être vivant » (Actes Sud, février 2020).

La rencontre est enfin pour la librairie l’occasion d’ouvrir un nouvel espace de débats autour de ce qu’on nomme déjà « La cause animale ».


Samedi 29 mai 2021, 
cour intérieure de la librairie,
 à partir de 18h : le théâtre io présente « Monologue pour femme seule » 

Le spectacle dure 1h, concerne tous les publics, commence à 18h et sa jauge est de 25 personnes maximum.


D’après « Credo » d’Enzo Corman, « Monologue pour femme seule » est une  pièce écrite et mise en scène par Odila Présulmé avec Anais Bourriau.

Le personnage nous convie à un drôle de festin où, nous, spectateurs, devenons son partenaire imaginaire. Elle attend et elle confie son passé. Elle parle de son père, de son frère , de sa sœur, de l'emprise familiale, de la mère non aimante, du machisme du frère, de l'incestualite et de l'inceste.

Dans une mise en scène dépouillée Anais Bourriau expérimente la solitude de la comédienne face au vide, au manque et s'empare de la langue sublime de Cormann pour exorciser l'espace de l'attente.

Samedi 29 mai 2021, devant la librairie, trottoir, à partir de 15h : charivari de mai avec Kev La Raj 

Du slam, du texte, de la musique, le charivari de Kev La Raj continue ! 
Essaimez, essayez, risquez mais venez vivre ce charivari, celui du "tumulte réprobateur" dans la rue..*L*
Original comme son meneur de troupe kev la raj qui invite des amiEs "nouvelS" à chaque fois ou...vous !
 
Yallah !!!
 
> Charivari, subs. masc :
- “ Grand bruit, tumulte réprobateur. ”
- “ Réprobation marquée par le public devant une pièce de théâtre, un concert, considérés comme mauvais. " (Cntrl, 2021)

Samedi 22 mai 2021, cour intérieure de la librairie, à partir de 16H : des nouvelles des éditions Mané Huily

À nouveau nous recevons cette maison rennaise qui nous avait charmé avec « Jeunesses de France » d’un Mathieu Blard ou du « Debout ! » de Philippe Borsoï.

Cette fois-ci ils seront donc quatre à lire des extraits d’ « Histoires d'ombres » de Stéphane Padovani, le dernier né de chez Mané Huily. 

 la minuscule galerie a le plaisir de vous présenter :

Nuage-maisons-montagnes... trio
(terre émaillée)

de
 
Anna Elleouet



du 29 avril au 29 juin



la minuscule galerie chez Planète Io
7, rue Saint Louis à Rennes
06.11.16.75.25

          laminuscule.blogspot.fr     

Samedi 17 avril 2021, cour intérieure de la librairie, 15h : théâtre io avec Odila Présulmé

Le théâtre io présente « Love me or leave me », un texte écrit et joué par Odila Présulmé, de la compagnie La Poudrière.
Une table, une chaise, un verre, la mise en scène d’Odila Présulmé est à minima. Extrait des paroles d’une chanson de Billie Holiday « Love me or leave me » nous parle bien sûr d’attachement, et en filigrane des beautés et des fêlures du sentiment amoureux. Ne rien retenir, marcher sur l’eau semble bien être l’enjeu de ce texte furieusement jazz !
Billie Holiday, Odila Présulmé, deux voix de femmes qui claquent jusqu'à assouplir les tensions propre au slam par le chant..

Samedi 10 avril 2021, devant la librairie, trottoir, à partir de 15h : charivari d'avril avec Kev La Raj

Comme les rencontres on line manquent singulièrement de piquant nous continuons, dans le respect des règles sanitaires naturellement, d'ambiancer la rue avec le slameur Kev La Raj et ses amiEs..

> Charivari, subs. masc :`

- “ Grand bruit, tumulte réprobateur. ”

- “ Réprobation marquée par le public devant une pièce de théâtre, un concert, considérés comme mauvais. " (Cntrl, 2021)

Samedi 27 mars 2021, devant la librairie, trottoir, 15h : Pascal Rougé

Pascal Rougé, fondateur des éditions rennaises Le Temps Qui Passe, vient nous parler sans fard ni applications ternes de télétravail, en vrai, en dur comme on disait, d'une expérience qui a irrigué sa vie d'après : le voyage en stop !
Tout est dit :

"En 1980, partir en stop, sac à dos, sans esprit de retour, était un moyen séditieux d’embrasser l’espace qui s’ouvrait devant soi en ayant une approche explosive du monde. C’était poursuivre, aux quatre coins de la planète, l’idéal d’une revendication de liberté absolue en menant une existence antisociale. Mettre les bouts aux bords des routes, c’était former le projet incandescent de trajets vertigineux où la dérive rejoignait l’utopie dans le grand bordel de la vie intérieure. C’était faire de l’improvisation une plongée dans le hasard de situations à vivre. C’était s’inventer un destin.."
Cette rencontre épique, entrecoupée des sons de voix et de guitares de Tony Red, sera également l'occasion de revenir sur la création et les chemins parcourus par les éditions Le Temps Qui Passe.

Samedi 13 mars 2021, devant la librairie, trottoir, à partir de 15h : charivari de mars avec Kev La Raj

Comme les rencontres on line manquent singulièrement de piquant nous continuons, dans le respect des règles sanitaires naturellement, d'enjailler la rue avec Kev La Raj, et...VOUS !!

"Faire avec les autres, parier sur des "nous", se nouer parce qu'on s'est délié par ailleurs-qu'on s'en est allé pur déjouer les surveillances ou vivre plus loin", Marielle Macé, "Nos cabanes" (Verdier, 2019). Nous, nous ajoutons back in town !

> Charivari, subs. masc :

  • - Grand bruit, tumulte réprobateur. 
  • - Réprobation marquée par le public devant une pièce de théâtre, un concert, considérés comme mauvais." (Cntrl, 2021)

Samedi 27 février 2021, devant la librairie, à 16h30 : Rimbaud au piano avec le Théâtre du Tiroir
La Librairie Planète Io et Le Théâtre du Tiroir vous donnent rendez-vous devant la librairie pour un spectacle pandémique* : "Rimbaud au piano", avec Florence Pavie et Jean-Luc Bansard

Arthur Rimbaud (1854-1891) a célébré la musique en poésie, nous célébrons sa poésie au piano avec Brahms, Chopin, Debussy…sous les doigts virevoltants de Florence Pavie.
Nous écouterons ses textes les plus connus et d'autres moins connus pour terminer en Ivresse sur le bateau du poète.

Les théâtres sont fermés
La rue devient notre théâtre
Le trottoir notre scène
Et vous, cher public, devenez
les Vrai.e.s Ministres de la Culture
Prudence : Venez masqués
Gardez les distances entre les groupes de 6 personnes maximum.
S'il pleut, nos tentes/barnum vous abriteront. Bienvenue!!

*un SPECTACLE PANDÉMIQUE c’est dans la rue qu'il se répand, tel le virus poétique d'un oxygène non marchand.

Jean-Luc Bansard
artisan du Théâtre du Tiroir
theatredutiroir@gmail.com

Samedi 13 février 2021, devant la librairie, trottoir, à partir de 15h : charivari de février avec Kev La Raj, Daniel Siloret et Odila Présulmé

Comme les rencontres on line manquent singulièrement de piquant nous continuons, dans le respect des règles sanitaires naturellement, d'ambiancer la rue avec nos trois compères précitéEs et...VOUS !!

> Charivari, subs. masc :

  • - Grand bruit, tumulte réprobateur. 
  • - Réprobation marquée par le public devant une pièce de théâtre, un concert, considérés comme mauvais." (Cntrl, 2021)

 la minuscule galerie a la plaisir de vous présenter :

Mon pays endormi

abécédaire brodé par
Inès Cassigneul 

Sentimentale Foule


Du 3 février au 3 avril

Une lecture d'Inès Cassigneul sera associée à l'exposition, nous vous tiendrons au courant de la date.


la minuscule galerie chez Planète Io
7, rue Saint Louis à Rennes
06.11.16.75.25
laminuscule.blogspot.fr          

Dimanche 20 décembre 2020, Jeu de Paume, de 14h à 19h : noël solidaire

La Rennaise d'édition organise un noël solidaire : une collecte de boîtes de Noël pour les maraudes de Cœurs Résistants ainsi que des livres et jouets à destination du Secours populaire, le tout accompagné d'un marché local pour soutenir indépendants et artisans.
Pour les boîtes de Noël : une boîte à chaussures non fermée avec des denrées non périssables, un vêtement, un produit d'hygiène, une petite attention en précisant homme/femme/unisexe...Pour le Secours populaire : jouets et/ou livres non emballés
Nous serons présents avec nos amiEs éditeurEs rennais ce dimanche avec des livres bien sûr, nous convierons l'écrivaine Babouillec, le performer Kev La Raj et des musicienNEs. Ce petit charivari de joyeusetés se déroulera dans le (grand) hall du jeu de paume en face de la librairie.
Les éditions qui ont dit oui : 
Éditions Goater
Éditions du commun
L'Établi des mots
Éditions l'Oeuf
Éditions de la Rue Nantaise
Éditions Les Perséides
L'Imprimerie Nocturne
Takken
Atelier Bonjoure
Black Lilith records
Jah Egregius
Général strike
Les utopies d'Alley & Laurence
L'événement est bien sûr susceptible d'être annulé quelques jours auparavant selon l'évolution de la crise sanitaire.