Vendredi 28 aout 2020, à la librairie ou ?, vers 15h : discussions avec la sociologue Sibylle Gollac


Sociologues et assumant une approche féministe, Sibylle Gollac et Céline Bessière « étudient depuis 20 ans [les] arrangements économiques dans des familles ordinaires de la France contemporaine, depuis les plus modestes jusqu’aux plus fortunés. » Dans "Le genre du capital", publié aux éditions La Découverte en 2020, elles reviennent sur la manière dont la société de classe se reproduit grâce à l’appropriation masculine du capital.


Pour cela, elles s’appuient sur des monographies de famille, l’exploitation de données statistiques issues des enquêtes patrimoine de l’INSEE ainsi que sur des matériaux recueillis auprès d’avocat-e-s et dans les tribunaux à l’occasion de l’enquête collective qui a donné lieu à l’ouvrage "Au tribunal des couples" (Odile Jacob, 2013).


> Lire des extraits, dont l'éclairante introduction : 


https://fr.calameo.com/read/00021502221f5cccf8ef6

Du samedi 18 juillet à fin septembre 2020, dans la librairie, aux horaires d'ouverture : l'illustration de mode vu par Hassiba Kessaci

Hassiba Kessaci est illustratrice de mode basée, à Rennes.
Elle expose à la librairie, jusqu'à la fin du mois de septembre, des monotypes à l'encre de Chine et de couleur. 
Hassiba Kessaci s'inspire naturellement des collections, mais également de tous les arts visuels.
Son travail aux lignes délicates laisse la couleur saturer le cadre de l'estampe.
La mode et ses multiples supports sont pour Hassiba une façon joyeuse et complexe d'envisager et d'appréhender l'autour de soi..

Jeudi 09 juillet 2020, à la librairie, à 18h : rencontre avec Malek Mahrat


Malek Mahrat est également président de l'association franco-syrienne "Emisa Homs" et présente son livre-témoignage "Homs", paru en 2013 aux éditions Hedna.


"Ce livre raconte l’histoire de mon parcours depuis le Moyen Orient jusqu’en Europe. Naturalisé Français depuis une dizaine d’années, j’ai décidé, aujourd’hui, de partager avec les lecteurs cette aventure qui, depuis le départ de mon pays natal, la Syrie, m’a conduit vers la France.. Je parlerai bien sûr de cette terre d’origine où j’ai grandi et travaillé. Car oui, j’aime mon pays. Ma mémoire ne l’a jamais abandonné.

Ces lignes que je vous invite à parcourir, relatent mon itinéraire composé de tous les évènements que j’ai réellement vécus, en Syrie d’abord, puis en Libye et enfin en terre française. Lorsque la guerre a éclaté, les réfugiés ont commencé à débarquer en France. J’eus dès lors le projet de créer une association qui les assisterait. Mon intention première consistait, en priorité, à orienter, conseiller et soutenir ceux qui, ne pouvant fuir la guerre, survivaient là-bas au milieu des décombres et dans la terreur.

Nos actions concernaient surtout les enfants, les femmes et les vieillards. Cette population restait la plus exposée et la plus menacée par les violences au cœur de ce conflit. C’est ainsi qu’est née l’association Emisa-Homs que j’ai l’honneur de présider depuis  Mars 2012."


Samedi 18 juillet 2020, à la librairie, à 11h et 16h :  lectures avec la poétesse Marie-Josée Christien


Marie-Josée Christien présente et lit quelques unes des poésie de son recueil "Affolement du sang", préfacé par Jean-François Mathé et joliment édité chez Al Manar en 2019 et rehaussé d’encres d'André Guenoun.
Elle partagera sa poésie en deux temps et plusieurs mouvements, on espère, "en sortie de marché" à 11h et, disons, pour le goûter, à 16h !
Marie-Josée Christien est également critique littéraire, au sein du magazine « Armen », fondatrice et animatrice de la revue "Spered Gouez - L’esprit sauvage" depuis les années 90.

"Quand l’épicentre de l’insomnie
répète sans relâche
les exils du cœur
qu’espérer d’autre
que s’effacer du jour
et avancer
dans le silence
d’un visage perdu."



Vendredi 10 juillet 2020, à la librairie, à 18h : Emmanuel Glais


Hubert-Félix, le personnage principal, l’avoue lui-même : 

"Ce qui est sûr, c'est que je suis né vieux, grincheux et cynique. Comprenez donc mon empressement de rester jeune -entre guillemets- je veux dire mon désir de vieillir moins vite, pour mourir moins vieux que prévu. En quelques mots, voici mon credo  :

Être vieux jeu.

Vivre lentement.

Refuser le progrès.

Honnir le présent." 


Hubert-Félix va collecter les appareils électroniques oubliés chez ses voisins, et compte ainsi créer une économie salvatrice qui, d’une part contribuera à créer un cercle vertueux autour de lui, et d’autre part, accessoirement, lui permettra de vivre.

Avec « Quasi-lipogramme en A minor ou la réintroduction » (éditions Maïa, janvier 2020), Emmanuel Glais met en récit une sorte de roman de formation qui, malgré quelques tournures argotiques étranges et un style parfois emprunté, trace plutôt fidèlement et avec humour, "leudanla", les contours d'une société et d’un gars d’aujourd’hui. Entre amertume et désabusement..


https ://emmanuelglais.blogspot.com/


Mardi 07 juillet 2020, à la librairie, à 19h : l’écrivain Martin Danes


"Les mots brisés" (éditions de La Différence, mars 2020) s'inspire de la vie de l'un des écrivains tchèques les plus réputés de la première moitié du XXe siècle tchèque, Karel Poláček, et d'une partie de sa vie entre 1939 et sa mort en 1945.

En 1939, les nazis envahissent le pays. Comme il fait partie du Bücherkommando chargé de cataloguer les livres juifs avant leur aryanisation, Karel et sa compagne Dora Vanakova échappent à la déportation. Mais en juillet 1943, ils sont envoyés à Terezin où Karel se lance dans la rédaction d'un journal...

L'ouvrage propose quelques textes inédits en français de Polácek.


Vendredi 3 juillet 2020, à la librairie, à 18h : spectacle de Daniel Devère


Daniel Devère avec une dérive étonnante crée une poétique qui tout en étant unique nous fait rire et nous émeut en même temps. Il émet toute une musique étrange et fascinante de bruits et de sons qui font frissonner nos naïvetés d'enfants. Musique des mots aussi. Daniel Devère nous rend témoins de la difficulté de vivre par nombre des thèmes qu'il aborde.


Jeudi 2 juillet 2020, à la librairie (cour ou rue), à 18h : spectacle de la compagnie Les Coriaces


"Nous, Les Coriaces, viendrons jeudi avec un reste de prospectus datant d'Aurillac 2019 ... mais ça présentera "Sans Existence Fixe". 


Un texte  :

d’après « Pochade millénariste » d’Eugène Durif

« S’il fallait trouver un sous-titre, je pensais à ‘harangue clownesque’. La force et ta façon de dire ces mots m’est restée et reste encore en moi. » (E. Durif)

« Sans existence fixe » c’est le personnage de La Gueulante qui conte et raconte. Une Sans-existence-fixe, une égarée, une saltimbanque enthousiaste et sans flouze. Elle erre quelque part, peu importe le lieu… elle raconte avec dérision son quotidien, des bribes de vie … acerbes, drôles et touchantes …

Un court extrait  :

La Gueulante  : « Je trouve que ce spectacle va manquer de franche gaieté. Il faudrait des histoires de noces, de banquets… moi j’en connais de franchement drôles. Il ne faudrait pas me pousser beaucoup pour que je me laisse aller à vous raconter quelques unes de derrière les fagots. Bon d’accord, je n’insiste pas… 

Au moins une petite alors … C’est quelqu’un qui décide de se pendre. Il se met la corde au cou, balance un coup de pied dans le tabouret. Manque de chance la corde casse. Il se dit que c’est un signe du destin, un message venu de là-haut. Alors il prend une bible et se dit je vais l’ouvrir au hasard et la première phrase que je lirai sera un précepte auquel je me conformerai absolument. Il ouvre la bible et la première phrase sur laquelle il tombe est  : repens toi … J’ai toujours rêvé d’être un boute-en-train ».


Une vidéo  :

https ://www.youtube.com/watch?v=heEGjI958L0


Et notre site tout nouveau  :

http ://lescoriaces.fr/ 


Bises et à bien vite !

Cécile & Romain



Samedi 20 juin 2020,
librairie Planète Io, à partir de 19h: lectures à 3 voix du nouveau récit de Philippe Borsoi, "Debout!"

Tout est dit dans le titre, venez nombreux et nombreuses.. Les lectures de passages du livre, paru en juin aux éditions Mané Huily, seront assurées par Suzanne Héleine, Serge Saint-Eve et François Oguet.


Du jeudi 14 mai, au jeudi 25 juin 2020, devant la librairie, à partir de 18h: les jeudis poétiques dans la rue

…parce qu’il fait beau au printemps !

….parce que le confinement c’est fini !
…parce que comme l’énonce le slogan: la rue est à nous !
….parce qu'on a envie de se voir !

Nous engageons une série de manifestations chaque jeudi dans la rue, en dehors, à côté, autour de la librairie, dans cette petite rue Saint Louis.
Nous avions commencé le jeudi 14 mai « en sortie de confinement » avec des poètEs, debouts, gênant le passage, des comédienNEs sans théâtre et vous également… Et c’était plutôt réussi et réjouissant d’entendre vos textes, vos récits, vos poèmes, dans le respect des règles sanitaires naturellement !
Nous continuons donc chaque jeudi (jusqu’au vacances ?) à faire entendre vos vives voix tout du long de la rue jusqu’à la Place Sainte-Anne...


Vendredi 22 mai 2020, devant la librairie, à 20h30: lecture musicale des "Jours Heureux" et débat avec el Théâtre du tiroir

« Les jours heureux » est le nom donné à l’origine au fameux programme du Conseil National de la Résistance. Il s’avèrera depuis lors être un projet social complet d'égalité d'accès aux besoins humains élémentaires. Il est aujourd’hui mis à mal par des décennies de politiques néo-libérales destructrices des biens communs.
Et justement, qu’est ce qui mérite d’être défendu si ce n’est ce beau projet qui parlait du droit à la santé, du droit au logement, du droit à l'éducation, des droits finalement pour touTEs à vivre sereinement, épanouis et possiblement heureux !
Le comédien et metteur en scène Jean-Luc Bansard, fondateur du Théâtre du Tiroir à Laval, et sa troupe lisent, chantent et adaptent à leur manière ce texte fondamental au titre sonnant la fantaisie et l’espoir.
Ajoutons qu’il s’agit d’un spectacle musical complet puisque Jean-Luc Bansard s’accompagne de Claire Vial à l’alto et d’Olivier Messager au chant, piano, accordéon et hang !
Autour de 21h nous débattrons (dans le respect des règles sanitaires) et mettrons en regard de l’actualité l’esprit initial du texte.
Nous diffuserons ensuite (toujours dans la rue) le film de Gilles Perret, « Les jours heureux », sorti en salle en 2013.
Nous organisons cette soirée en partenariat avec le « collectif rennais des Jours heureux ».

> Theatre du tiroir


ChèrEs touTEs,

La crise sanitaire actuelle est exceptionnelle par sa nature et son ampleur, entraînant un ralentissement économique dont les conséquences restent difficiles à évaluer.
Nous, petite librairie indépendante, ne sommes pas certain de pouvoir nous maintenir en terme de trésorerie plus de quelques mois.
Les mesures de confinement à l'oeuvre depuis plusieurs semaines mettent non seulement la librairie en danger mais fragilise son existence même. Cette situation inédite a également pour effet de nous affecter touTEs dans nos pratiques d'échanges nouées autour du livre et de ses auteurEs.

La librairie, fondée par Bernard Vallée accompagné de Bernadette Vallée-Seigneur en 1985 à Laval s'est déplacée à Rennes en 1995. L’idée première est de faire vivre, au-delà d’un simple commerce, un espace ouvert, un lieu de partage et de réflexions, en témoigne la tenue des Rencontres d'Eté chaque fin août depuis 2000 et de multiples propositions d'échanges avec des auteurEs tout au long de l'année.
La librairie s'est en effet toujours imaginée comme un lieu favorisant les possibilités d’émancipation tant collectives qu’individuelles au travers d'échanges, d' idées et de livres. Que le lecteur en rencontrant l'auteurE devienne aussi producteur !
Diffuser et partager des connaissances parfois exigeantes au plus grand nombre fait évidemment écho à une transmission populaire mais également à une certaine façon d’imaginer du commun, voire des majorités politiques.
Dans ce sens, nous avons sans relâche à cœur de rendre visible l'édition indépendante et ses auteurEs, mais encore de soutenir les artistEs à qui nous offrons une vitrine et des possibilités d'expérimentations au sein de notre certes petit espace. Nous souhaitons bien sûr poursuivre cette dynamique, d’autant que l’importance de lieux alternatifs aux institutions nous semblent une nécessité non seulement pour respirer un autre air que celui du consensus bienveillant, mais pour faire politique, ensemble.
 
Pour continuer à persister nous avons aujourd'hui besoin de vous !

A l'opposé d'un modèle calqué sur Amazon et son monde « ubérisé », nous souhaitons favoriser les circuits courts et solidaires en créant une sorte de « panier-lecture », en l'occurence verser à la librairie une somme d'argent correspondant à des achats ultérieurs de livres.
En adhérant à ce projet, il s'agit simplement de faire une avance de trésorerie concernant vos futurs choix de lecture, les livres proposés à la librairie ou vos commandes, et contribuer de la sorte à notre pérennité.
Nous avons estimé un prix plancher de 25€ par « panier-lecture », renouvelable plusieurs fois par année.
Libre à vous de doter ce « panier-lecture » d'une somme plus importante, et ainsi nous soutenir vigoureusement !
S'inscrire via planete.io@free.fr (nom, téléphone), envoi de chèques (pour des virements, nous contacter ) par voie postale à : Librairie Planète Io, 07 rue Saint Louis 35000 Rennes.

Pour le redémarrage, nous avons bien sûr des projets, des idées de rencontres dont nous vous tiendrons informés dans une prochaine lettre.
Nous faisons par ailleurs appel à tous types de propositions pour constituer un front commun enthousiaste et créateur.
Nous aspirons enfin avec la création depuis quelques mois d'une structure informelle, ouverte et poreuse, « Les amiEs de la librairie Planète Io », à faire évoluer la librairie vers un modèle plus coopératif ; permettre à chacunEs de trouver une place et d'exprimer des projets sous forme d'évènements et/ou simplement de participer à la routine de la librairie.

Qu'il n'y ait pas de « jour d'après » comme dans toute bonne fiction catastrophiste ne nous empêchera nullement de continuer à inventer les contours d'un aujourd'hui et d'un demain.

Un beau printemps à nous touTEs..






la minuscule galerie a le plaisir de vous présenter

Atlas
de
Cécile Rescan



Du 11 mars au 15 avril 2020
Vernissage "Retour de marché" Samedi 21 mars  à 12h00.

Fragments et micro-sillons, assemblage de linogravures à la frontière d'espaces sensibles. Les sillons gravés viennent saisir lignes de fuite et croisements. Les rehauts s’ajustent à l’impression pour cerner la lumière, figer l’instant. Au travers du tracé de ces routes, intersections, lieux autres, lisières, frontières, lignes de partage, reflets, il s’agit d’amener le regard vers la capture d’un instant. Tenter de saisir des images fantômes, à la limite de l’effacement. Déterminer des points de bascule, des balises, entre absence et présence. Si la figure humaine est présente, elle n’est que discrétion, silhouette suivant une ligne d’exil.  



la minuscule galerie chez Planète Io
7, rue Saint Louis à Rennes
06.11.16.75.25
laminuscule.blogspot.fr      


Samedi 28 mars 2020, à la librairie, 11h et 16h: Marie-Josée Christien

Marie-Josée Christien présente son recueil de poésie « Affolement du sang » (avec des encres d'André Guenoun, éditions Al Manar, 2019) en deux temps.
Deux fois dans la journée, elle lira et discutera de sa poésie, "en sortie de marché" à 11h, et à 16h.
Marie-Josée Christien est également critique littéraire, au sein du magazine « Armen » notamment, fondatrice et animatrice de la revue « Spered Gouez - L’esprit sauvage » depuis les années 90.

Jeudi 26 mars 2020, salle du jeu de Paume, 18h : Caroline Ibos

Dans le cadre des "journées des droits des femmes" organisées par Rennes métropole, la librairie propose d'échanger avec Caroline Ibos autour de son livre "Vers une société du care-Une politique de l'attention" (éditions Le Cavalier bleu, 2019) qu'elle coécrit avec un collectif d'autrices, Aurélie Damamme, Pascale Molinier et Patricia Paperman.
Nous avions déjà reçu l'universitaire pour son travail pertinent et novateur sur les relations entre les "nounous"et leurs employeuses notamment, nous poursuivons donc à cerner et construire les enjeux et perspectives du Care.

À propos du Care.



Vendredi 13 mars 2020, à la librairie, à 19h: Guénolé Dufeu

Guénolé Dufeu est né le 17 mars 1978 à Rennes. Il a passé son enfance dans la baie du Mont-Saint-Michel, et à travers l’Europe et le Maroc. Après des études de Lettres, d’anglais et d’arabe, il séjourne en Tunisie, en Syrie, au Liban, en Turquie, au Japon, puis en Californie, tout en retournant régulièrement dans le sud du Maroc. À son retour, il habite à Paris, dans les Hauts-de-Seine, et en Normandie, avant de revenir en Bretagne en 2010, où il se consacre à l'écriture. Ses recueils de poèmes ont été publiés chez Henry des Abbayes  à Fougères. Il peint et dessine depuis l'adolescence en autodidacte".
Un de ses poèmes : Gun song :

Mon amour
Tais-toi
Et perdons-nous
Dans ce crépuscule bleu
Comme tu me l'as promis

Ne regarde pas la lumière
Elle serait trop brillante

Laissons ce monde parfait
Derrière-nous
Une bonne fois pour toutes

Comme je vois les flammes
Trembler dans tes yeux
Et sur ton corps
Je veux jouer ce jeu
Et je me fiche du reste

Si loin
Dans cette nuit
Amusons-nous

Montre-moi
Comment utiliser ce revolver
Et montre-moi la lumière
Du soleil levant

Dépêche, dépêche-toi

Je veux jouer ce jeu
Tue-moi encore
Dans le cristal bleu
De cette belle de nuit
Et quand c'est fait
Montre-moi
Tes beaux yeux
Au soleil qui se lève

Dépêche, dépêche-toi
Je veux jouer ce jeu
Tire
Et levons-nous
Dans le soleil levant
Une bonne fois pour toutes."


Jeudi 12 mars 2020, à la librairie, à 18h30: Olivier Jarno

Trois jours avant le premier tour des élections municipales, la librairie invite Olivier Jarno à discuter de son premier roman "La fin d'une époque" (éditions Spinelle, 2019), fiction politique évoquant les premiers pas d'un maire nouvellement élu.
Olivier Jarno est fonctionnaire territorial et se passionne pour la politique locale, qu'il observe attentivement depuis de nombreuses années.



Samedi 07 mars 2020, à la librairie, à 18h: session close de Juliette Divry

L’association Allégories Acoustiques inaugure des rencontres régulières à la librairie en recevant la violoncelliste Juliette Divry.
Ces « sessions close » auront une fréquence trimestrielles.
Juliette Divry présente  « Suuij », un projet solo violoncelle et voix.
« Suuij » est une balade contemplative dans les recoins infinis de notre imaginaire, tantôt mystérieux, tantôt doux, et parfois inquiétant. L’artiste nous transporte avec sa voix, son souffle et son violoncelle, vers un paysage intime à la fois tendre et dangereux.



Jeudi 05 mars 2020, à la librairie, à 18h: Jean-François Yon et le Mouvement National de Chômeurs et Précaires 35

C’est au travers du livre coordonné par Jean-François Yon, « Chômage, précarité: halte aux idées reçues ! » paru aux éditions de l’Atelier en 2017 et relatant la forte implication des mouvements de chômeurs et précaires dans les luttes sociales depuis les 30 dernières années, que nous questionnerons les raisons de l’absence manifeste, ou relative,  de ces derniers au sein des mouvements sociaux actuels.
Pour ce faire, Jean-François Yon accompagné de membres de l'association Tandem (antenne locale du Mouvement National de Chômeurs et Précaires) viendra présenter son livre et le confronter aux situations actuelle.
Nous aborderons notamment  l'expérience de Tandem concernant la diversité des situations des chômeurEs et les actions concrètes de l'association: parrainages, comment faire face au chômage et plus généralement quelles actions pour défendre ses droits.
À noter aussi l'engagement du réalisateur anglais Ken Loach qui s'est associé à l'initiative en préfaçant l'ouvrage. 


Jeudi 20 février 2020, à la librairie, à 18h00 : Raphaël Kempf

Avocat au barreau de Paris, Raphaël Kempf défend depuis plusieurs années manifestantEs et activistes victimes de la répression d’État, des gilets jaunes aux militantEs politiques.
Avec son livre « Ennemis d'État - Les lois scélérates, des anarchistes aux terroristes » (éditions, La Fabrique, 2019), Kempf trace un parallèle troublant mais instructif entre la fin du XIXème et notre époque.
Entre une Troisième République marquée par les attentats anarchistes qu’elle réprima notamment avec les susnommées « lois scélérates », fortement liberticides et combattues notamment par un Blum qui estimait qu’« elles blessent l’humanité en ce qu’elles peuvent punir des travaux forcés une amitié ou une confidence, et de la relégation un article de journal », et une Cinquième République qui fait entrer l’état d’urgence dans le droit commun.
Elles ont en commun une justice expéditive, des comparutions immédiates, des délits de « groupement en vue de commettre des violences » qui permettent de condamner sur une intention supposée et non plus sur des faits…

Vendredi 14 février 2020, à la librairie, à 18h00 : éditions Coppélia Press

Les éditions Coppélia Press, Elsa Quintin, Ivan Samokrutkin et leurs auteurEs investissent la librairie avec des sons, des histoires, des couleurs et des dessins.
Coppélia est un projet opérant des mouvements entre arts visuels, arts sonores et littérature que nous vous proposons de découvrir au travers de ses publications et de ses auteurEs.

Programme:

Présentation des publications par les éditeurs et les auteurEs présentEs
Expositions des projets visuels
Lectures d'extraits choisis
Diffusions sonores

- « Cyclus », par Delphine Priet-Maheo (Etude/Dessins): 
« Cyclus » est une série de cinq dessins présentés sous la forme d'un recueil d'images non reliées. Beauté du sommeil halluciné, proxémie des figures liées par la généalogie, anxiété claustrophobe, la charge expressive atteinte par le dessin est inouïe.

- « Estelle Marie », par Estelle Marie (Multiple image/son):
« Estelle Marie » est un multiple composé d'une série de photographies, assorties d'une pièce sonore de 18 minutes. S'y égrène un florilège de mots et d'évènements sonores proches de l'ASMR: cliquetis, éclaboussures, rumeur des vagues, mots parlés ou fredonnés, cordes grattées, bruit de l'air, choc du vent, éclat d'idée, soupirs et poumon, rires. Les timbres et tonalités de l'étendue atlantique où Estelle Marie développe ses recherches infusent la rêverie d'une promeneuse, non pas solitaire mais cousue dans le tissu du monde, un monde qui refuse de solidifier. 

- « Peu-Importe », par Antonin Druart (Roman, langue française):
Peu-Importe est un roman pensé par l'auteur comme une " bande dessinée de type Comics, mais écrite". La narration se construit tout en étant tissée à des micro récits et à une prolifération vorace de protagonistes qui la mettent en péril autant qu'ils la dopent. Les fictions plurielles sont servies par la capacité de l'auteur à figurer des scènes sans lendemains et à porter un regard amusé sur le monde, sans pathos téléguidé ou émotion facile.

- « Le songe de la couleur », par Ivan Samokrutkin (Impressions/ Série de peinture):
"Le songe de la couleur” (2016-2017) est un livre peint, de grande dimension. Le livre est composé d'une centaine de pages recouvertes par la matière picturale, livrant des sensations gestuelles et mnésiques. Ce livre a été réalisé lors de mon premier séjour en France, expérience d'abstraction linguistique et de déracinement." Certaines pages de ce livre ont donné lieu à une série de 8 impressions, qui sont autant d'humeurs et de manières d'être au monde sans langage.

- « Iconology x Fan Art, hyperthème1 », par Elsa Quintin (Etude/Dessins):
Iconology x Fan Art, hyperthème1 est une étude stylistique sous la forme d'une série de dessins réalisés à Odessa-Ukraine entre 2017 et 2019. Il s'agit du premier volume d'une série en cours portant sur l'iconologie orthodoxe orientale, ce volume aborde en particulier l'expressivité des figures et la fatigue des visages.

- « Outlier », par Max Kaario (Novella, langue anglaise):

La pratique multidisciplinaire de Max Kaario peut être qualifiée d'oeuvre ouverte. La performance, qu'elle soit sonore ou textuelle, est ici à la fois le médium de l'artiste et l'objet du chercheur. L'acuité perceptive de l'auteur se livre dès les premières lignes. Intuitive, méticuleuse, l'écriture trouve son point zéro dans le corps de l'auteur, à partir duquel il vit le monde. C'est en narrateur presque omniscient qu'il met en mouvement le lecteur, et le mène à ses côtés vers un autre corps généalogique dont il s'est mis en quête.


Mercredi 22 janvier 2020, à la librairie, à 18h30 : lecture-discussion autour de Frédéric Lordon avec Mathias Poirier

Enseignant la pédagogie Freinet, Mathias Poirier détricote de lectures en discussions la pensée de philosophes.
Il propose de poursuivre les débats qui se sont tenus lors de la venue de Frédéric Lordon à Rennes le 27 novembre 2019.
C’est donc autour de son dernier livre, « Vivre sans ? Institutions, police, argent, travail… » (La Fabrique, 2019), qu’il souhaite travailler et créer l’occasion de s'approprier une pensée qui fait dialoguer selon Mathias Poirier les articulations du Monde contemporain..


Jeudi 16 janvier 2020, à la librairie, à 18h : Benoit Coquard

Benoît Coquard viendra parler de son ouvrage « Ceux qui restent - Faire sa vie dans les campagnes en déclin » paru aux éditions La Découverte cette année. Comment vit-on réellement dans des zones dont on ne parle d’ordinaire que pour leur vote Rassemblement national ou à l’occasion du mouvement des Gilets jaunes ?
Parmi les nouvelles générations, ils sont nombreux à rejoindre les villes pour les études, puis il y a ceux qui restent, souvent parce qu’ils n’ont pas les ressources nécessaires pour partir. Ceux-là tiennent néanmoins à ce mode de vie rural et populaire dans lequel « tout le monde se connaît » et où ils peuvent être socialement reconnus. Comment perçoivent-ils alors la société qui les entoure ? À qui se sentent-ils opposés ou alliés ?
À partir d’une enquête immersive de plusieurs années dans la région Grand-Est, Benoît Coquard plonge dans la vie quotidienne de jeunes femmes et hommes ouvriers, employés, chômeurs qui font la part belle à l’amitié et au travail.
À rebours des idées reçues, il montre comment, malgré la lente disparition des services publics, des usines, des associations et des cafés, malgré le chômage qui sévit, des consciences collectives persistent, mais sous des formes fragilisées et conflictuelles. L’enquête de Benoît Coquard en restitue la complexité.

> ITW contretemps nov 2018


>> ITW france culture déc 2019

Samedi 21 décembre 2019, à la librairie, à partir de 11h : Eugène Durif
« Il était une fois ou bien deux fois plutôt qu’une
Il était une fois ou bien plusieurs »

Enfants sortez vos parents ! Toute la journée avec Eugène Durif et ses amiEs, comédienNNEs, circassieNNEs, musicienNEs… En route mauvaise troupe !!
Eugène Durif, homme de théâtre et de poésie, vient ENFIN présenter et lire ce conte pour enfants et autres êtres humains : « Carnival, le rêve d’un ogre ridicule » (éditions Tohu-Bohu, novembre 2019).
Un livre-disque superbement enluminé par le peintre Kiki Picasso, écrit par le même Durif et joué par Le Cirque-Electrique band. 
De la musique mécanique, un conte désuet et pastel, une note de peinture. Une fête foraine pixel. Un hymne aux saltimbanques.
Spectacle dans les bacs, nOw, au cirque électrique du 30 novembre au 23 décembre !

la minuscule galerie a le plaisir de vous présenter :

Partir...
de 
Agathe Halais
 

du 11 décembre au 15 janvier


la minuscule galerie chez Planète Io
7, rue Saint Louis à Rennes
06.11.16.75.25
laminuscule.blogspot.fr