Jeudi 12 octobre 2017, librairie, 18h : Henry Poisson lit ses poésies avec Noémie Favreau

Henry poisson présente son livre de poésie "Abby sous la grèle" (éditions Baudelaire, 2017) et en fait la lecture.
L'auteur nous plonge dans l’esprit fiévreux d’un homme, un prêtre, tombé amoureux fou d’une prostituée, Abby, tiraillé entre les obsessions de la chair et sa foi religieuse. Abby sous la grêle, ou l’histoire d’une passion interdite qui finira dans le sang..



Jeudi 19 octobre 2017, librairie, 18h : avec Erik Neveu et son ouvrage de référence "Sociologie des mouvements sociaux" (éditions La Découverte, 1995)

ll nous semble assez pertinent aujourd’hui d’interroger les différents aspects de ce qui constitue « les mouvements sociaux » en entamant une série de réflexions ouvertes qui permettraient d’en appréhender les multiples modalités.
Nous recevons donc dans un premier temps le sociologue Erik Neveu qui, avec son presque manuel de « Sociologie des mouvements sociaux », publié en 1996 aux éditions La Découverte et régulièrement mis à jour depuis (6ème édition en 2015), considère « l’analyse des mouvements sociaux (comme) un terrain de choix pour appréhender tant les attentes nouvelles que les désillusions que suscite le modèle démocratique tel qu’il s’incarne ».

> Voir : https://lectures.revues.org/16801


Mercredi 18 octobre 2017, librairie, 18h : discussions avec Alain Naze et son livre "Manifeste contre la normalisation gay" (éditions La Fabrique, 2017)

"Il ne s’agit pas de simplement se demander pourquoi les gays sont passés à droite. D’entrée de jeu, l’auteur récuse cette interrogation, parce qu’elle confond le symptôme et le mal réel. Si les idées islamophobes et racistes ont pu pénétrer la dite « communauté homosexuelle », c’est en raison d’un problème bien plus structurel : la normalisation, autant voulue par les intéressés que menée par l’État, d’une partie des personnes gays et lesbiennes. Cette lame de fond a rencontré son apogée lors de la consécration du « mariage pour tous », présenté comme une victoire d’une revendication, portée de longue date.
Naze rappelle que, dès l’obtention du Pacs, les mouvements gays et lesbiens avaient fait un pas en arrière par rapport à l’exigence d’un Contrat d’union civile aux prérogatives bien plus larges que le seul couple en situation conjugale. Ce qui est en jeu dans la lutte homosexuelle, et ce depuis les années 1970, c’est précisément la possibilité d’autres modes de vie, d’autres pratiques amoureuses, affectives, amicales, que celles proposées par le modèle hétérosexuel et bourgeois.
Or, en se focalisant sur la revendication du mariage, les mouvements gays et lesbiens ont en partie renoncé à un tel potentiel subversif, pour obtenir la tolérance, voire l’indifférence, de la société hétérosexuelle dominante.
En dressant ce constat sans appel, Naze nous invite simultanément à réimaginer d’autres possibles, à retrouver l’élan utopique de Guy Hocquenghem, du Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR)."

>> textes d'Alain Naze : https://ici-et-ailleurs.org/auteur/alain-naze

- du 22 septembre au 27 octobre - 

 la minuscule galerie accueille 

"Les Géants" de Phileas Dog