Mercredi 25 janvier 2017, librairie Planète Io, 18h30 : atelier de lecture de Spinoza, animé par Mathias Poirier
 
Nous appuierons nos discussions sur le livre de Frédéric Lordon "Les Affects de la politique" paru en octobre 2016 aux éditions du Seuil dont voici la quatrième de couverture :

"Que la politique soit en proie aux « passions », tout le monde l’accordera sans la moindre difficulté. Autrement malaisé serait de faire entendre qu’elle ne connaît que cela, que les affects sont son étoffe même. La politique n’est-elle pas aussi affaire d’idées et d’arguments, protestera-t-on, et les « passions » ne sont-elles pas finalement que distorsion de cet idéal d’une politique discursive rationnelle ?
Le point de vue spinoziste bouscule ces fausses évidences, en soustrayant la catégorie d’« affect » à ses usages de sens commun – les « émotions » – pour en faire le concept le plus général de l’effet que les hommes produisent les uns sur les autres : ils s’affectent mutuellement. Il n’y a alors plus aucune antinomie entre les « idées » et les affects. On émet bien des idées pour faire quelque choseà quelqu’un – pour l’affecter. Et, réciproquement, les idées, spécialement les idées politiques, ne nous font quelque chose que si elles sont accompagnées d’affects. Autrement, elles nous laissent indifférents. En « temps ordinaires » comme dans les moments de soulèvement, la politique, idées comprises, est alors un grand jeu d’affects collectifs. Et pour tous ceux qui y interviennent, elle est un ars affectandi."


Cet atelier se propose d'explorer les différentes facettes de la pensée du philosophe hollandais et surtout de révéler son actualité en la croisant avec celle d’autres penseurs plus contemporains.
La participation de tous est bienvenue et, comme l’écrivait Deleuze, "tout le monde est capable de lire Spinoza, et d'en tirer de grandes émotions, ou de renouveler complètement sa perception."


Samedi 14 janvier 2017, librairie Planète Io, 18h30 :  "Pocket Show" °4, Nusch Werchowska, Cléo Hermelin

Les Guérillères" de Monique Wittig, paru en 1969 en France, est une odyssée épique qui joue autour du pronom "elles". Le langage dessine des images, influencenotre image de ce que l'on appelle le réel, forge ce qu'on appelle le réel. Ce texte interroge ce que l'on a coutume d’appeler "elles" et nous suggère d'autres images associées à ce pronom.
Dans notre langage, le "il" est suprême et universel. Quand on dit "elles", on imagine une image stéréotypée de ce que l'on appelle "les femmes". On ne peut pas parler de général en utilisant "elles", et c'est pourtant ce que s'emploie à faire Monique Wittig dans "Les Guérillères" en détournant complètement l'image que l'on a de ce pronom. Elle nous révèle ainsi la puissance d'évocation des mots qui sont autant d'images impactant le réel.
Un dispositif de son (enregistré et live) et d'image vient donner corps aux textes lus.

2 actes de 20 minutes chacun

Lecture : Cléo Hermelin & Nusch Werchowska
Images : Cléo Hermelin
Son : Nusch Werchowska

Participation : 5 euros par personne
Jauge limitée à 20 personnes




Du 30 décembre au 31 janvier 2017, librairie Planète Io : 

"Révéler l'étoffe des choses à l'encre cyanotype", Marie Buard expose ses images

la minuscule galerie a le plaisir de vous présenter : 

Agathe Halais
 
     du 14 décembre 2016 au 14 janvier 2017

la minuscule galerie
chez Planète Io
7, rue Saint Louis
35000 Rennes
06.11.16.75.25
https://www.facebook.com/laminuscule.galerie/





Mercredi 21 décembre 2016, librairie Planète Io, 18h : Valérie Lys 

Valérie Lys écrit depuis l'enfance est membre fondateur et vice-présidente du collectif rennais CALIBRE 35, constitué d'une dizaine d'auteurs édités à compte d'éditeurs, dont le but est de dynamiser la scène rennaise de l'édition polar.
Elle est l'auteure de cinq polars dont "Rennes, échec au fou" paru en juin 2016 aux éditions Palemon.




Samedi 17 décembre 2016, librairie Planète Io, 15h : Nicolas Maier
  
L'écriture poétique est, selon Nicolas Maier, un moyen de partager sa conviction en la beauté de l'existence"avec les inconnus et les autres". Ressentir, sentir ce que voit son cœur, par le biais de la poésie bien sûr, mais également d'autres arts tels la photographie, la musique, ou encore la peinture complémentaire à ses yeux. "J'aime la vie" dit-il.
Nicolas Maier viendra donc lire ses textes et vous rencontrer afin de "rendre l'écriture plus vivante". Outre ses 4 ouvrages ayant pour thèmes le respect de l'humain, de la femme sans oublier la méditation et la musique, Nicolas Maier évoquera son prochain recueil. Du haïku au vers libre, il nous évoquera des notamment des sensations maritimes, arborées illustrées par Jhulyus.
Le travail de Nicolas Maier est visible sur le site des éditions de la rue nantaise.



Jeudi 15 décembre 2016, librairie Planète Io, 18h : Joseph Aulnette

Théo, le père de Joseph, prisonnier de guerre en mai quarante est envoyé avec 22 000 de ses camarades travailler dans un stalag (camp ordinaire de prisonnier de guerre en Allemagne), à Sontra précisément, où il séjournera presque deux ans et demi avant son retour dans la petite commune de Rannée au sud-est de l’Ile et Vilaine.
Joseph, le fils de Théo, en souvenir de son périple parcourra à vélo les 1800 km qui séparent Sontra, au centre de l'Allemagne, de la Bretagne où son père finalement revint après cinq années de détention.
L'aventure donna naissance à un blog tenu quotidiennement et un livre : "Sur les pas de Théo", édité à compte d'auteur.




Samedi 10 décembre 2016, bistro-restaurant "le knock" (48 Rue de Saint-Brieuc), à partir de 18h : dîner musical de Noël avec Gérard Prémel, Anne Lecourt-Lebreton, Nabiyar Nasrine, Philippe Patrie et ses amis musiciens

               
On discutera avec Gérard Prémel de son nouveau livre "Éloge de l'incertitude", (éditions Diabase, juillet 2016), où cette dernière est vu comme "l'espace et le temps de l'émergence, dans la conscience, d'un manque, ou d'une erreur (...) là où le questionnement, la quête, la recherche, peuvent prendre corps (...) le terreau de la fécondité."
Il ajoute avec finesse (et expérience !) que "l'incertitude est cette petite voix insistante qui ne cesse de nous dire que l'univers n'est pas autre chose qu'un vaste gisement de réponses qui n'ont pas encore été trouvées par la bonne question."

On reparlera avec Anne Lecourt-Lebreton de la condition féminine dans les campagnes d'Ile et Vilaine, à l'aube des grands bouleversements de 68, avec son livre retraçant huit portraits de femmes aussi divers que passionnants : "Elles qui disent" (éditions Booknode, avril 2016). Ces femmes nous dit Anne Lecourt-LeBreton "mènent alors leur vie d'épouse et de mère, sans bruit et sans éclat, et c'est parce qu'elles sont tout à fait ordinaires, c'est-à-dire représentatives d'une époque, qu'il était important de leur rendre hommage".

On découvrira l'étonnante et combative Nasrine Nabiyar avec son récit "L’exil, la rupture : départ à contre cœur.." (éditions à compte d'auteur), entre l'Afghanistan, sa terre de naissance, et la France, son pays d’accueil.
Professeure de français pendant vingt et un ans au lycée français Malalay de Kaboul, elle créée l'association "Malalay-Afghanistan", "pour lutter contre l'illettrisme des femmes afghanes et leur apporter une autonomie". C'est ainsi à Estalef, ville au nord de Kaboul dont Nasrine Nabiyar est originaire, que l'association va porter ses efforts en construisant en 2003 l'école Atéfa e Chadid qui aujourd'hui scolarise 628 filles du primaire à la terminale. Je pense dit-elle "qu'on ne peut plus revenir en arrière et les femmes seront de plus en plus nombreuses à vouloir s'instruire".

Et c'est bien entendu Philippe Patrie, batteur de jazz extraverti, et ses amis musiciens (auxquels vous pouvez vous joindre) qui nous accompagnerons de l'apéritif au dessert... digne d'un cadeau de Noël justement !

> l'apéritif est naturellement offert par la librairie :::