Jeudi 31 mai 2018, librairie Planète Io, 18h00 : Lola Miessorff

Avec son « Voyage en outre-gauche - Paroles de francs-tireurs des années 68 » (éditions Libertalia, février 2018), Lola Miesseroff, qui avait 20 ans en mai 68 et n’a depuis jamais cessé de viser à la destruction du vieux monde, donne la parole aux francs-tireurs de ces années-là.
Témoignages de trente individus qui se trouvaient alors à Paris, Nantes, Angers, Lyon, Chambéry, Strasbourg, Toulouse, Bordeaux ou Marseille, dont l’auteure tire un récit choral subjectif, fait de vécu et de théorisation, d’anecdotes et de réflexion et même un peu de sexe, drugs, free jazz and r’n’r.
« On oublie, ajoute-elle, que mai 68 n’a été que le point culminant d’un mouvement de révolte des ouvriers et des jeunes qui avait débuté bien avant et s’est prolongé largement au-delà, que ce mouvement a été très actif loin de la capitale et que les étudiants ou les groupuscules maoïstes et trotskistes n’en constituaient que les composantes les plus visibles.

« Quoi qu’il en soit, je maintiens, pour ma part, que la question de la révolution reste d’actualité et que la lutte de classes est la seule façon d’éviter que la faillite du capitalisme soit la destruction de l’humanité. » (p. 280)

Mercredi 30 mai 2018, librairie Planète Io, 18h : Michelle Brieuc

Conférencière, universitaire et romancière, Michelle Brieuc vient présenter son dernier livre : « Femmes de lutte et d’avenir - De l'ombre à la lumière de l'histoire » (éditions La Gidouille, sept 2017).
Qui se souvient de Jeanne Barret, première femme à faire le tour du monde en bateau, de Jeanne Deroin qui osa briguer un mandat législatif, de Marie Paradis qui marqua l'histoire de l'alpinisme en escaladant, la première, le mont Blanc ?
Pour Michelle Brieuc qui dresse le portrait de ces 18 femmes, « sans droits », célèbres ou oubliées, « elles ont ouvert une brèche dans l'hégémonie masculine », elles qui ont « bravé les interdits pour mener leur vie à leur guise ».
Des femmes de lutte et d’avenir que l’auteurE met en valeur dans un essai historique qui a nécessité des choix méticuleux : « Sur certaines femmes, il n’y a pas grand-chose. J’ai choisi ces 18 femmes par goût et sensibilité. Elles sont originales, drôles, épatantes et présentent un panel varié de ce que les femmes ont pu accomplir du Moyen-Âge au XXe siècle ».

 


Mardi 24 mai 2018, librairie Planète Io, 18h : Dominique Vidal

Journaliste, au « Monde diplomatique » notamment, historien, auteur de nombreux ouvrages consacrés au Proche-Orient, Dominique Vidal s’élève contre les accusations d’antisémitisme qui frappent toutes les critiques d’Israël dans un nouveau livre : « Antisionisme = antisémitisme ? Réponse à Emmanuel Macron », paru ce début d’année aux très vivantes éditions Libertalia. Pour lecture la quatrième de couv’ des éditions L. :

« Le 16 juillet 2017, Emmanuel Macron s’apprête à terminer son discours lors de la commémoration du 75e anniversaire de la rafle du Vél’ d’hiv’. Et soudain, se tournant vers Benyamin Netanyahou, qu’il a appelé « cher Bibi », il lance : « Nous ne céderons rien à l’antisionisme, car il est la forme réinventée de l’antisémitisme. »
Jamais un chef de l’État n’avait commis une telle erreur historique doublée d’une telle faute politique. Voilà ce que ce livre entend démontrer, sur un mode non polémique et pédagogique en traitant successivement de l’histoire du sionisme, de la diversité de l’antisionisme, de l’antisémitisme hier et aujourd’hui, enfin de la politique proche-orientale de la France. »

>> https://www.youtube.com/watch?v=5rsbwUlSebk&feature=youtu.be

>> https://www.humanite.fr/dominique-vidal-amalgame-entre-antisionisme-et-antisemitisme-la-faute-grave-de-macron-648381


Jeudi 17 mai 2018, librairie Planète Io, 18h : Fabien Truong

Paru en 2017 à La Découverte "Loyautés radicales - L'islam et les mauvais garçons de la Nation" est d'abord le résultat d'une étude sociologique du pertinent et remarquable auteur de "Jeunesses françaises - Bac+5 made in banlieue" (La Découverte, 2015) Fabien Truong qui interroge ici le désir de religion de jeunes et les liens à l'oeuvre dans ces choix. 
Un travail qui vise à rompre les préjugés et à montrer comment six jeunes hommes au début d'une vie d'adulte cherchent et font leur place au sein de la société française où ils vivent.

> excellent entretien de Fabien Truong :

"Le défi pour reproduire du commun c’est de pouvoir créer des catégories politiques qui soient transversales (et qui optent donc pour un langage aussi transversal) mais qui prennent en compte la question centrale qui est celle des inégalités produites et subies dans le système. L’approche marxiste avait pour elle l’avantage d’une ligne économiciste transversale. Mais après, avec la décolonisation et tout le reste des fragmentations à l’œuvre, cette seule ligne n’est plus possible. Donc c’est un défi politique. Je pense qu’il n’existe pas une telle offre aujourd’hui et qu’elle a d’autant plus de mal à émerger que, comme on est dans des sociétés qui sont de moins en moins mixtes socialement, les jeunes grandissent quand même de plus en plus longtemps séparément les uns des autres. Cela n’aide pas à produire des perspectives communes et inédites." (Fabien Truong,https://grozeille.co/radicalisation-fabien-truong/)