Samedi 13 juin 2015, à 14h00, à la librairie : Alain Lacroix présente et discute de son "Ulrike Meinhof 68-76 RFA"

"Ulrike Meinhof 68-76 RFA" (Éditions Poncerq, sept. 2014) fait la tentative d’une reconstitution du parcours d'une militante et retrace une époque.
Ce qu'en écrivent les éditeurs :


"Entre 1968 et 1976, la République fédérale d’Allemagne, sa reconstruction achevée, redevenue la première puissance économique du continent, est secouée par une vague d’attentats terroristes. Le 3 avril 1968, deux grands magasins sont incendiés dans Francfort : l’action marque le début d’une série, bientôt revendiquée par la Rote Armee Fraktion, RAF, Fraction armée rouge. Parmi les têtes pensantes du mouvement : Baader, Meinhof, Ensslin. Pendant plusieurs années, la bande fait trembler la République fédérale ; elle se sert en argent dans les banques ; elle frappe la présence militaire américaine à Heidelberg, à Francfort ; elle fait sauter des locaux de la presse toute puissante, tabloïd et conservatrice. En juillet 1971, une activiste force un barrage et est abattue par la police. Quelques semaines plus tard, un policier est tué au cours d’une fusillade avec des membres de la RAF dans Hambourg…"


http://www.pontcerq.fr/13-juin-2015-soiree-pontcerq-autour…/


* Jeudi 11 juin 2015, à 18h30, à la librairie : présentation et échanges entre lecteurs autour de la nouvelle "Revue du crieur" pour son premier jour de diffusion

>> À NOTER : les fondateurs de la revue viendront à la librairie en octobre présenter  le second numéro.

Mediapart et La Découverte ont réuni leur force et leur image pour créer ensemble une revue d'enquêtes sur les idées et la culture, la Revue du crieur.Notre pari est que les lecteurs n’ont jamais eu autant soif de comprendre et de savoir. Dans un contexte où les événements tragiques s’ajoutent aux impasses politiques, l’exigence de recul et de regard critiques n’a jamais été aussi nécessaire.

Le titre s’imposait comme une évidence : nos logos portent chacun le visage d’un petit crieur public, cette belle figure qui incarne l’esprit démocratique attaché à la presse et au livre. Or nous avons en partage celui qui nous l’a inspiré pour les uns et laissé en héritage pour les autres : François Maspero, disparu le 11 avril 2015.

Libraire, éditeur, écrivain, traducteur, mais aussi animateur ou initiateur de plusieurs revues, son œuvre-vie nous lègue une trace que nous voudrions prolonger, et c’est pourquoi nous dédions à sa mémoire cette première livraison. Indépendance et exigence en étaient les valeurs cardinales, dans le refus des conformismes et des clientélismes, des indifférences et des complaisances.

L’ambition de la Revue du crieur est d’incarner un journalisme d’idées qui conjugue les engagements et les savoir-faire de Mediapart et de La Découverte, pour aborder de manière inédite le monde de la culture, des savoirs et des idées, en France et à l’étranger, dans toute sa diversité – les sciences, la littérature, l’art, le cinéma, le spectacle vivant, etc. – sans exclure ses formes les plus populaires.

Les idées et la culture ne planent pas au-dessus de nos têtes, elles s’incarnent, elles vivent dans des institutions qui ne sont pas à l’abri des enjeux de pouvoir, d’argent, de réseaux et d’une certaine tendance à cultiver l’entre-soi. C’est pour rendre compte de cette réalité que la Revue du crieur publiera des enquêtes et des reportages, sur des sujets les plus variés, mais toujours dans un esprit incisif, quitte à faire vaciller certains magistères…

Trois fois par an, la Revue du Crieur, dont le premier numéro sera disponible le 11 juin, vous proposera donc des papiers informés et approfondis sur des mondes qui se contentent trop souvent de polémiques superficielles quand ils ne cherchent pas avant tout à échapper aux regards critiques.

La Revue du crieur est là pour rappeler que le monde des idées et de la culture se trouve, doit se trouver au cœur de la vie publique démocratique, et qu’à ce titre, il appartient à tous.


Samedi 30 mai 2015, à 11h30, à la librairie : signature de Gérard Prémel

Malgré notre intérêt mesuré concernant les signatures d'auteur-e-s et autres dédicaces, l'exception n'étant pas la règle, c'est dans la rue, face à la librairie, en fin de marché, que l'étonnant Gérard Prémel, apposera son sceau sur l'une des pages de son dernier récit "L'Été de l'exode" (éditions Diabase, 2015) ... ou pas !


* Jeudi 28 mai 2015, à 18h30, à la librairie : Roberte Tual et Françoise Raynaud lisent "Une rose pour Emily", une courte nouvelle de  William Faulkner 

Roberte Tual et Françoise Raynaud, chorégraphes et danseuses au sein de la compagnie fabrik-345, nous font le plaisir de partager la lecture d'une "Une rose pour Emily", l'une des nouvelles les plus connues de W. Faulkner.

En décrivant les funérailles et la vie de la truculente et revêche Miss Grierson, Faulkner dépeint comme souvent  le temps qui passe et la nostalgie d'un vieux Sud qui disparaît peu à peu.